Emplacement du bandeau publicitaire 728x90 px en Haut de la page

Bilan économique 2020 des équipements thermiques par Uniclima

Le syndicat des industries thermiques, aérauliques et frigorifiques Uniclima présente un bilan économique de l’année 2020 sur les équipements thermiques, aérauliques et frigorifiques dans le Bâtiment avec des analyses par secteur. Rassemblant 86 industriels pour près de 21 400 emplois, Uniclima représente les domaines d’activité suivants : la chaleur, y compris la chaleur renouvelable, et la ventilation, pour des applications dans les secteurs résidentiels, tertiaires et industriels.
L’année 2020 a été une année bien particulière à cause de la crise sanitaire liée au Coronavirus. A la mi-mars, la France était totalement confinée… Depuis, nous avons vécu une période inédite par son ampleur à la fois sanitaire, économique et sociale, qui a déjoué toutes les prévisions que Uniclima a pu faire. Les perturbations induites par les mesures « barrières », les procédures, les confinements stricts ou allégés, les couvre-feux ont bien sûr eu des répercussions sur l’activité en 2020. Mais force est de constater que les industriels de la profession et la filière du génie climatique et du froid en général ont réussi à limiter en partie les conséquences négatives du dysfonctionnement général de l’économie sur leurs activités.

[Aide de lecture : la signification des abréviations employées dans cet article]

Chaudières

Le marché des chaudières gaz et fioul est en baisse. L’analyse plus détaillée de celui-ci met en évidence d’importantes disparités. S’agissant des chaudières individuelles, le marché a régressé de 2 % par rapport à l’année précédente. Le marché des chaudières murales et au sol de puissance utile supérieure à 70 kW est en baisse de plus de 10 % comme l’année précédente. La chaudière murale de moyenne puissance résiste mieux que la chaudière au sol comme en 2019.
Sur l’ensemble du marché des chaudières gaz et fioul, la chaudière à condensation a mieux résisté à la baisse du marché malgré la très forte régression des ventes de chaudières fioul et s’établit à 510 000 appareils presque au même niveau que l’année précédente. Les ventes de chaudières classiques ont quant à elles diminuées de près de 13 %.
Les ventes de chaudières à condensation ont été impactées par le premier confinement notamment l’activité de chantier. Le retard a été rattrapé, en partie, grâce à une bonne reprise de l’activité sur le reste de l’année. Sur le marché du remplacement en maison individuelle, la chaudière gaz à condensation est en recul au profit de la PAC air/eau et ce malgré une prise de part de marché sur la conversion des installations fioul.
Le marché des PAC hybrides s’élève à 3 700 pièces sur la base des répondants. La technologie souffre d’un déficit de visibilité comparé aux solutions concurrentes malgré un intérêt certain en termes de confort et d’économie pour les usagers.

Brûleurs à air soufflé (gaz et fioul)

Le marché des brûleurs livrés en caisse a baissé de près de 3 % par rapport à 2019. Les attaques contre le fioul et l’évolution des produits vers des appareils à condensation expliquent cette baisse du marché.
Le remplacement des brûleurs fioul a marqué une baisse moins importante que l’année précédente, année où ce marché a été entaché de fortes incertitudes.

Radiateurs de chauffage central à eau chaude

Le marché des radiateurs à eau présente une baisse d’environ 11 %. Le marché du remplacement reste très peu présent dans les ventes des fabricants. Il est essentiellement lié à l’arrêt des chantiers au printemps durant le confinement et à la fermeture des enseignes de bricolage. On note toutefois un renforcement de la représentativité des adhérents d’Uniclima sur le marché des radiateurs.
Le marché du sèche-serviettes a régressé de plus de 9 %.

Equipements thermiques à énergies renouvelables (EnR)

Chaudières biomasse

Avec un marché total de 17 300 pièces en 2020 contre 17 400 en 2019, les chaudières biomasse résistent à la crise, portées par les chaudières à chargement automatique. Ces dernières représentent plus de 85 % du marché annuel contre 80 % en 2019 ; elles continuent de se développer dans le cadre du changement de chaudières anciennes.
Les chaudières à chargement automatique, en très grande majorité des chaudières à granulés, progressent de +6 %, poursuivant ainsi une tendance à la hausse établie depuis maintenant 4 ans. Ces chaudières se développent bien sur le marché de la rénovation, en remplacement des chaudières fioul. Toutefois, la crise sanitaire et les difficultés de mise en place du dispositif MaPrimeRenov ont fortement ralenti la forte progression entamée en 2019. En effet, on constate que l’évolution a été importante à l’issue du 1er trimestre (+50 %), moins bonne à l’issue du deuxième (+30 %) et du troisième (+8 %) pour atterrir à quasiment 0. Ainsi, alors que le marché a plutôt bien résisté pendant le premier confinement, le Plan de relance et les dispositifs d’aide n’ont pas permis de le soutenir ensuite. Le secteur identifie comme cause principale, la lenteur dans le paiement des primes.
Les chaudières à chargement manuel régressent à nouveau fortement en 2020, de près de -30 % par rapport à 2019. L’entrée en vigueur de l’éco-conception en 2020 pour les chaudières biomasse a eu pour conséquence la sortie du marché des chaudières inférieures à la classe V dont beaucoup étaient des chaudières au bois bûches.
Pour autant, c’est un marché de renouvellement d’anciennes chaudières à bûches, pour ceux qui, souvent, produisent eux-mêmes leur bois. Ce segment manque cruellement de mesure incitative pour le changement d’anciennes chaudières à bûches.

Solaire thermique

Le marché solaire thermique affiche de nouveau une baisse, de -20 % par rapport à 2019, avec une surface totale de capteurs installés de 34 000 m² en 2019 contre 42 500 m² en 2018.
C’est la 2ème année consécutive que le marché retrouve une baisse à deux chiffres, emmené par le segment collectif et le chauffage solaire alors que le segment des chauffe-eau solaires individuels résiste mieux.
Les livraisons de chauffe-eau solaires individuels (CESI) s’établissent à 4 250 unités en 2020 contre 4 500 en 2019, soit une baisse de -6 %. L’année 2019 avait marqué un (léger) retour à la hausse après 10 années de baisse. On peut estimer qu’en 2020, le segment des CESI résiste malgré la crise sanitaire. La surface moyenne par CESI est stable à 3,1 m².
Le marché des CESI reste toutefois bas, à un niveau correspondant aux années 2000. Il ne bénéficie pas de coup de pouce comme c’est le cas des équipements thermiques de chauffage.
Concernant les systèmes solaires combinés (SSC), on compte 250 pièces pour l’année 2019, comparées à 370 en 2019, soit une baisse de 32 %. Après deux années de hausse, portée par la rénovation, ce marché repart à la baisse malgré le coup de pouce chauffage et MaPrimeRenov qui lui profite peu. Comme pour les chaudières biomasse, les dispositifs d’aide ne suffisent pas pour soutenir ce segment, notamment auprès des revenus supérieurs qui n’ont pas droit à une aide à l’équipement. Ce segment reste un marché de niche.
La surface moyenne de capteurs par SSC est stable à 11 m².
Les livraisons de capteurs destinés aux immeubles d’habitation collectifs ou aux bâtiments tertiaires connaissent de nouveau une baisse importante de -29 % (après une année 2018 de légère hausse) pour s’établir à 17 000 m² contre 23 900 m² en 2019. Ce segment représente toujours la moitié du marché.
Plus difficile à s’implanter en rénovation, l’eau chaude solaire collective n’est pas parvenue à s’établir dans les bâtiments neufs, les exigences permettant au gaz sans chaleur renouvelable de s’installer largement.

Pompes à chaleur

Aérothermie sur vecteur eau

Le marché des pompes à chaleur air/eau s’est stabilisé en 2020. Après une année 2019 exceptionnelle, pour rappel le marché était en croissance de 84 % sur la période Janvier-Décembre. Le marché a baissé au fur et à mesure des mois de l’année 2020. En effet sur la période Janvier-Avril, le marché était encore dynamique (principalement sur les mois de janvier, février avec le premier confinement) avec une croissance de 14 % par rapport à janvier-avril 2019.
La crise sanitaire, accompagné d’une incertitude économique ont infléchi l’évolution du marché des PAC air/eau.
On note que le marché du neuf a été fortement affecté par le premier confinement et l’arrêt temporaire des dépôts de permis de construire.
L’arrêt des chantiers a quant à lui reporté de nombreuses installations de pompes à chaleur que ce soit dans le neuf ou dans la rénovation.
Le marché des PAC haute température de 55 à 65°C s’en sort mieux avec une croissance de 21 % alors que le marché de la très haute température (> 65°C) est en forte baisse de 23% mais reste à un niveau plus élevé que 2018. Les mesures du gouvernement ainsi que la mise en place de la RE2020 dans les mois à venir vont être des facteurs importants dans l’évolution de ce marché.

Géothermie sur vecteur eau

Le marché de la géothermie peine à se faire une place dans le marché des énergies renouvelables. Il baisse cette année de 4,5 % après une année 2019 plutôt encourageante.

Chauffe-eau thermodynamique

Depuis que nous suivons cette statistique, c’est la première année que nous observons une baisse des ventes de ballons chauffe-eaux thermodynamique de 6 %. Nous pouvons constater que ce marché a fortement baissé sur le 1er quadrimestre ; cette chute s’est amenuisée sur l’année complète 2020.
Note : il est regrettable que le Crédit d’impôt tertiaire ne s’adresse qu’aux machines à eau chauffage ou chauffage + ECS et ne prenne pas en compte les PAC ECS.

Aérothermie sur vecteur air

Malgré le contexte, le marché des splits a poursuivi sa croissance et fini l’année 2020 avec une progression de 11 % par rapport à 2019.
Alors que le premier quadrimestre a été négatif suite à l’effet Covid (-8 %), le marché s’est repris sur le deuxième quadrimestre avec une progression de 27 %. Notons une évolution plus modérée sur la fin de l’année avec une évolution de 7 %.
Le R32 représente désormais 84 % du marché des UE. C’est presque le même poids qu’à la fin du Q2 (83 %).

Climatisation tertiaire

DRV

La crise sanitaire et économique de 2020 n’a pas épargné le marché des DRV. Après la mise à l’arrêt des chantiers lors du premier confinement, le tertiaire a connu une reprise plus lente et plus difficile que le marché résidentiel. Dans la même tendance que celle observée à fin août, l’année se termine avec des volumes en recul de 9 % par rapport à 2019. Il s’agit de la première baisse enregistrée depuis 2012.
Dans ce contexte, on observe toujours un poids croissant des petites puissances. Ainsi, les groupes ≤ 6 CV représentent désormais près d’1/3 des groupes mis sur le marché. Il est bon de noter que des solutions DRV avec fluide à faible PRP apparaissent et devraient être utilisées plus largement en petit et moyen tertiaire.
Du côté des unités intérieures, l’évolution globale est de -10 %. La baisse est relativement homogène sur les unités murales, cassettes et gainables, qui représentent à elles seules 95 % des volumes. Seules les consoles, davantage typées résidentiel, sont en hausse de 7 %.

Splits de plus de 17,5 kW

Concernant le secteur des commerces et plus précisément des Splits > 17,5 kW, l’année 2020 fait état d’un recul de 5 % sur les groupes extérieurs. L’impact de la crise a été particulièrement marqué sur la première période de l’année (-12 % à fin avril) tandis que les 2ème et 3ème quadrimestre ont mieux résisté, avec des tendances respectives de +1 % et -3 %.

Chillers

En 2020 les refroidisseurs de liquides enregistrent une progression générale de +10 %.
Les groupes à condensation par air représentent 90 % du marché total.
Pour la deuxième année consécutive les groupes Froid seul sont en progression (+14 % par rapport à 2019). Ces groupes représentent près de 60 % du marché. Il semble que ce segment soit tiré par les aides (CEE, suramortissement) notamment dans l’industrie.
Les groupes de forte puissance (> 350 kW) sont en forte progression (> 30 %). Cela semble corroborer l’analyse disant qu’ils bénéficient des aides notamment dans l’industrie.
On assiste à un changement important du type de fluides frigorigènes.
Pour les groupes équipés de compresseur à vis (forte puissance), le marché a basculé sur des nouveaux fluides (GWP < 150 de type HFO) aux dépends du traditionnel R134a (aides et réglementation F-GAS). Pour les groupes équipés de compresseur scroll (petite et moyenne puissance), de nouveaux fluides (GWP compris entre 150 et 750 : type R32) commencent à apparaître. Non seulement les aides, mais également une prise de conscience (les investisseurs s’inquiètent des fluides utilisés) ainsi que les fabricants qui ont fait des développements importants afin de proposer de nouvelles solutions, sont très certainement à l’origine de cette évolution. Les groupes de forte puissance (> 350 kW) sont en forte progression (> 30 %). Cela semble corroborer l’analyse disant qu’ils bénéficient des aides notamment dans l’industrie.
Le marché des refroidisseurs de liquide et pompes à chaleur a connu une belle année 2020 après plusieurs années assez moroses. L’impact du Covid-19 semble donc avoir été limité. Mais il est important de rappeler que ce type de produits est basé sur une vente longue (plusieurs mois voire années) et que les projets de 2020 étaient très certainement lancés avant la crise du Covid-19.
Les différentes aides (CEE, suramortissement) ont probablement permis cette progression (forte augmentation des groupes froid seul de forte puissance avec des fluides de type HFO), principalement sur le marché de l’industrie. Il semble que le marché tertiaire n’ait pas encore totalement bénéficié des aides. Cependant les nouvelles directives (Loi ELAN, Crédit d’Impôt tertiaire, Coup de pouce CEE,…) devraient permettre de soutenir ce marché qui connait de grandes difficultés face à la crise sanitaire (ex. : hôtellerie).

Centrales de traitement d’air et ventilo-convecteurs

Le marché des centrales de traitement d’air affiche un recul de 10 %. L’effet de la crise Covid, les reports de la commande publique et l’attentisme chez les décideurs dans le tertiaire sont sans doute les raisons de ce recul.

Ventilation des bâtiments

Malgré une année 2020 marquée par la crise sanitaire et des mises en chantier de logements qui ont été à l’arrêt pendant plusieurs semaines à partir du mois de mars, le marché de la ventilation dans la maison individuelle affiche une évolution résiliente tandis que le marché de la ventilation en bâtiment collectif et tertiaire a été plus impacté.

Logement individuel

Dans le contexte de crise sanitaire, le marché des équipements simple flux baisse de 5 % et tend à revenir au niveau de l’année 2019.
Après plusieurs années de baisse, le marché global de la ventilation double flux pour le logement individuel s’est non seulement stabilisé et affiche même une hausse de 26,4 % au 4ème trimestre en ce qui concerne le segment haute efficacité. Il a été soutenu par le CITE qui couvrait pour la première fois en 2020 ce type de technologie.

Collectifs et tertiaires

Contrairement aux chiffres encourageants observés sur le marché de la maison individuelle, le marché du collectif et du tertiaire a été plus impacté. Une baisse de près de 9 % sur les équipements simple flux et de 19 % concernant les équipements double flux est observée. Ces chiffres s’expliquent également par l’arrêt des chantiers lors du premier confinement. Cependant, à la différence de ceux relevant du logement individuel, ces projets ont subi une inertie plus forte au moment de la reprise des activités de construction et leur redémarrage a pris plus de temps du fait de leur envergure. Cela s’est en particulier vérifié pour les bâtiments de la maitrise d’ouvrage publique.
Le marché devrait se redynamiser avec la reprise des gros chantiers appuyée par la mise en place, dans le cadre du plan de relance, de soutiens financiers pour la réhabilitation des bâtiments publics, des logements privés et sociaux et du crédit d’impôt pour la rénovation des locaux des TPE et PME auquel sont éligibles les équipements simple et double flux. La mise en œuvre du décret de rénovation tertiaire devrait aussi jouer un rôle de catalyseur.

Réseaux aérauliques et accessoires

L’évolution des ventes de réseaux aérauliques (conduits et accessoires) semble confirmer les tendances observées sur les marchés individuels et collectif/tertiaire. En effet, les conduits plastiques, destinés majoritairement aux maisons individuelles subissent une baisse de -5,5 %, tandis que les conduits métalliques davantage utilisés dans les bâtiments collectifs et tertiaires ont été plus impactés avec une décroissance de -11 %.

Diffusion d’air

Le marché des grilles et diffuseurs est en baisse de 19,3 %.

Uniclima

Téléchargez le bilan 2020 des équipements thermiques d’Uniclima pour avoir plus de détails sur les chiffres économiques, découvrir des graphiques, et connaître les perspectives pour l’année 2021.

  Télécharger le bilan 2020 (PDF / 1,25 Mo)

Partager cette information :


Emplacement du bandeau publicitaire 728x90 px en Bas de page

Articles sur le même sujet

Le module météo Souchier optimise la ventilation naturelle

Afin d’accroitre les performances de sa solution de ventilation naturelle intelligente (VNI), Souchier a développé un module intégrant les prévisions

Les pompes à chaleur Aquarea H maintenant pilotables à distance

Panasonic dévoile Aquarea Smart Cloud, un système de commande via le Cloud dédié à sa gamme de pompes à chaleur

Chaudière à gaz Acléis BAS NOx compatible avec la directive ErP

elm Leblanc introduit sur le marché une chaudière à gaz murale qui répond déjà à la directive ErP (Energy related