Travaux d'intérieur Falcowork

Comment gagner le défi de la rénovation énergétique en France ?

L’association Energies et Avenir, qui représente l’ensemble des professionnels des systèmes à eau chaude pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire, a organisé un débat intitulé « Comment gagner le défi de la rénovation énergétique en France ? ». Cet événement s’inscrit dans le contexte de la récente présentation de la feuille de route gouvernementale pour la rénovation énergétique, qui aura pour objectif de rénover 500 000 logements par an, avec un investissement total de 14 milliards d’euros.
La table-ronde réunissait trois intervenants : Anne-Lise Deloron, directrice adjointe Plan Bâtiment Durable (PBD), Jean-Pascal Chirat, vice-président d’Energies et Avenir et délégué général du club de l’amélioration de l’habitat, et Christian Mourougane, directeur général adjoint de l’Agence nationale de l’habitat (Anah).

Comment gagner le défi de la rénovation énergétique en France ?

DR

Anne-Lise Deloron a décrit la feuille de route gouvernementale présentée le 24 novembre 2017 par les ministres de la Transition écologique et solidaire et de la Cohésion des territoires, Nicolas Hulot et Jacques Mézard, de « déclinaison opérationnelle du Plan Climat présenté au mois de juillet 2017 et des différentes annonces qui ont suivi ». Cette feuille de route s’inscrit dans la continuité des actions précédentes, elle reprend les objectifs de la loi relative à la transition énergétique tout en renforçant ses ambitions et ses outils. Il s’agit « de faire de l’efficacité énergétique des bâtiments, une réalité pour l’ensemble des citoyens, tant au plan des logements, que des bâtiments publics, fréquentés au quotidien ».
Anne-Lise Deloron a ensuite décliné la présentation en trois points : les deux piliers de la feuille de route, la massification de la rénovation énergétique des logements privés et la méthode employée. En dépit de la place centrale de la maison individuelle dans le débat – un des piliers avec l’éradication des passoires thermiques dont 1,5 millions détenues par des ménages modestes – Anne-Lise Deloron a tenu à souligner l’importance de la rénovation des bâtiments publics, et spécialement des bâtiments éducatifs ce qui permet selon elle d’enclencher un « cercle vertueux de la rénovation énergétique : la rénovation de ces locaux ne peut se faire efficacement sans y associer la communauté éducative , dès lors, les enfants une fois rentrés chez eux, sont d’excellents ambassadeurs de la rénovation du logement de leurs parents ».
En ce qui concerne la massification de la rénovation des logements privés, il s’agissait du thème du congrès national du bâtiment durable organisé sous l’égide du Plan Bâtiment Durable et de l’ADEME, du mois d’octobre. Anne-Lise Deloron s’est directement adressée aux parlementaires pour demander une stabilisation des dispositifs incitatifs pour le reste du quinquennat. Elle a également rappelé l’enjeu de la simplification du parcours des ménages vers la rénovation énergétique et enfin, la mise en place d’un nouveau « marketing » et d’une communication plus adaptée à l’égard du grand public. Ce triptyque passe par la « reproduction de gestes simples à des coûts maîtrisés », et l’instauration d’un « marketing de la rénovation énergétique », notamment en développant des arguments liés au confort, à la valeur verte, au maintien à domicile ou encore sur l’opportunité du moment de la transaction immobilière pour engager la rénovation énergétique des logements.
Enfin, Anne-Lise Deloron a présenté la méthode : une « consultation des acteurs » est ouverte dans les deux prochains mois afin que ceux-ci s’approprient les Ambitions de cette nouvelle feuille de route.

Aller vite et bien : mise en œuvre de solutions techniques simples, efficaces et immédiatement rentables

Jean-Pascal Chirat a appuyé son propos sur la récente étude réalisée par Energies et Avenir, nourrie de retours d’expériences. Il a salué la transformation du CITE en prime et l’intégration de l’audit dans l’assiette du dispositif car cela permet d’anticiper les travaux. Il s’est joint à Anne-Lise Deloron pour plaider en faveur de la stabilité des dispositifs incitatifs.
Il a attiré l’attention des participants sur les statistiques de maintenance des chauffages domestiques qui montrent que 3 millions ne sont pas entretenus, en dépit de l’obligation légale d’entretien annuel. Cela représente un « gisement d’économie d’énergie » et permet de repérer les besoins d’accompagnement des ménages.
Pour massifier la rénovation, c’est-à-dire inciter les ménages à franchir le cap des travaux, Jean-Pascal Chirat a préconisé d’adopter un discours fondé « sur le confort et le bien-être », ainsi que sur des travaux permettant un temps de retour rapide comme le changement de chaudière ou l’isolation des combles. Jean-Pascal Chirat a également insisté sur le fait que le marché de la rénovation énergétique n’est aujourd’hui que partiellement réalisé. Sur les 75 milliards d’euros que représente le marché de la rénovation-entretien des logements (source CAH) 15 à 16 milliards seraient réservés à la rénovation énergétique. Cela ne représente en fait que les 2/3 du gisement potentiel global (320 000 rénovations performantes sur les 500 000 programmés en objectif, source étude OPEN de l’ADEME 2015).
Jean-Pascal Chirat a conclu son propos en insistant sur l’importance d’agir à l’échelle des collectivités locales qui sont le meilleur échelon pour massifier la rénovation énergétique. Il faut également capitaliser sur la communication digitale qui permet « d’échanger avec le consommateur et de l’accompagner ».

Comment lutter contre la précarité énergétique ?

Christian Mourougane a premièrement indiqué que les résultats du programme « Habiter Mieux » créé en 2011 étaient honorables : 250 000 sur un objectif de 300 000 rénovations ont été effectuées depuis. Sa prolongation et sa visibilité sur les cinq prochaines années ont également été mentionnées.
Il a rejoint Jean-Pascal Chirat en affirmant que la base de la massification des rénovations se situe à l’échelle locale. Christian Mourougane a également souligné la nécessité de développer de « nouvelles formes d’accompagnement » par les entreprises et les industriels, « plus souples ».
Il a détaillé le rôle de l’Anah dans le Plan de Rénovation : l’objectif de rénovations sur le quinquennat est de 500 000 logements dont 250 000 de ménages modestes : 100 000 de logements sociaux, 75 000 de passoires énergétiques appartenant à des propriétaires occupants ou bien des bailleurs ou des copropriétés dans le besoin, et 75 000 bénéficiant des dispositifs incitatifs (CITE, CEE, éco prêt à taux zéro).
Christian Mourougane a insisté pour qu’une communication accrue aux acteurs privés soit instaurée, ainsi que le développement de plateformes de rénovation telles que décrites par la loi de transition énergétique. Il faut faire en sorte de rendre certains métiers « structurants de la rénovation énergétique » afin d’y intégrer au mieux les acteurs privés notamment les acteurs de l’ingénierie et industriels.

Acteurs privés et publics engagés pour la rénovation énergétique

Au terme de ce débat, les trois experts ont conclu de concert qu’il « fallait faire simple » pour atteindre les objectifs ambitieux de rénovation énergétique. Cet événement démontre l’engagement des acteurs privés et publics, qui sera clé pour la mise en œuvre du plan de rénovation énergétique, au plus près des attentes des ménages français. Trois chantiers principaux sont à suivre : comment les collectivités locales seront associées à la mise en place de ce plan, comment les gisements d’économies d’énergie seront exploités et enfin, quel type de plateforme sera instauré pour faciliter et accompagner le parcours des ménages vers la rénovation énergétique de leur habitat.

Energies et Avenir

Partager cette information :

Mots-clés attribués à cet article :
chaudièrechauffageisolationrénovation

Articles sur le même sujet

Poursuite du programme d’aides financières Habiter Mieux

Nathalie Appéré, présidente du Conseil d’administration de l’Anah, annonce la poursuite du programme « Habiter Mieux » et le maintien

Livret d’entretien de votre installation de chauffage

L’association des professionnels des systèmes à eau chaude Energies et Avenir publie un « Livret d’entretien de votre installation de

Les aides du programme Habiter Mieux

Le printemps et l’été sont propices aux travaux de rénovation énergétique qui nécessitent souvent une ouverture prolongée vers l’extérieur (dépose

Travaux d'intérieur Falcowork