Une augmentation de 1 000 € pour l’aide MaPrimeRénov

Une augmentation de 1 000 € pour l'aide MaPrimeRénov

A partir du 15 avril 2022, le Gouvernement augmente de 1 000 euros MaPrimeRénov pour tout changement d’un appareil de chauffage vers un système renouvelable (pompe à chaleur, PAC hybride, chaudière biomasse), qui permette de remplacer une chaudière au gaz ou au fioul.
Cette augmentation concerne tous les ménages déjà éligibles aux aides MaPrimeRénov pour ce type d’opération et prend effet pour tous les dossiers de demande d’aide déposé à compter du 15 avril et jusqu’au 31 décembre 2022.
Ainsi, il sera encore plus avantageux pour les ménages les plus modestes de choisir une pompe à chaleur ou une chaudière biomasse et de se passer du gaz : ils pourront obtenir jusqu’à 9 000 euros d’aides avec MaPrimeRénov et les Certificats d’économies d’énergie (CEE), contre 8 000 euros auparavant. Avec des pompes à chaleur à 12 000 euros, cela conduit à un reste à charge de 3 000 euros, équivalent à celui pour l’installation d’une chaudière au gaz, tout en bénéficiant d’économies sur la facture énergétique.

Arrêt des aides MaPrimeRenov pour les chaudières gaz au 01/01/2023

En parallèle de cette annonce, le Gouvernement précise que les demandes d’aides MaPrimeRenov pour l’installation d’une chaudière au gaz ne pourront plus être déposées à compter du 1er janvier 2023, un délai qui permet aux ménages et aux entreprises de s’adapter.

Partager cette information :


Articles sur le même sujet

Loi de transition énergétique : quel intérêt pour le particulier?

Publiée durant le mois d’août, la loi de transition énergétique pour la croissance verte favorise la rénovation énergétique et la construction

Le potentiel d’économies d’énergie des bâtiments Européens

Une étude faite par le cabinet-conseil Ecofys et initiée par la fabricant de produits de chauffage Danfoss, montre que les

Simulateur de dépense d’énergie Energy Saver

Fruit de la recherche d’E-nergy, Energy Saver est un simulateur personnalisé permettant d’évaluer en euros la dépense d’énergie réelle de