La méthanisation, une solution pour le monde agricole en crise

La méthanisation, une solution pour le monde agricole en crise

DR Coénove

Lors du salon de l’Agriculture, Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat auprès du ministre chargé de la Transition écologique, était revenu sur les mesures de simplification visant à libérer le développement des énergies renouvelables et en particulier la méthanisation. Filière porteuse d’avenir pour la profession agricole aux yeux de Coénove, l’association des professionnels de la filière gaz, cette diversification assise sur un nouveau modèle économique permet de générer durablement des revenus complémentaires et de revaloriser des exploitations agricoles souvent mises à mal ces dernières années.
Coénove salue la volonté réaffirmée par le gouvernement de faire pleinement émerger la méthanisation, qu’elle soit agricole, territoriale ou encore industrielle. Pour preuve, la demande du secrétaire d’Etat à ses services de se mettre au travail pour identifier les éventuels points de blocage des 300 projets qui se trouvent actuellement dans la file d’attente des gestionnaires de réseaux et viser la centaine de sites en fonctionnement fin 2018.
Mais les freins administratifs ne sont pas les seuls points de blocage. Ainsi, au-delà des mesures de simplification, Coénove souhaite rappeler la nécessité :
– De rassurer le secteur bancaire en professionnalisant la filière, des exploitants aux constructeurs d’unités.
– D’informer le plus en amont possible les populations riveraines pour qu’elles puissent se mettre dans une démarche d’appropriation des installations.
– De s’appuyer sur les chambres consulaires, les fédérations professionnelles mais également les collectivités locales, toutes porteuses de savoirs et de compétences bienvenues pour accompagner cette filière en cours de maturité.
« La méthanisation est le point de rencontre naturel entre un monde agricole qui a besoin d’un nouveau modèle économique tout en conservant son métier premier de production alimentaire et des politiques publiques énergétiques qui veulent faire du développement des énergies renouvelables une réalité. Cette convergence est une chance qu’il faut saisir et cela nécessite d’y mettre des moyens », rappelle Florence Lievyn, déléguée générale de Coénove et membre du GT Méthanisation.
Entre la mobilisation de tous les acteurs publics et privés ainsi que les projets dans la file d’attente qui permettent déjà d’envisager l’atteinte de l’objectif de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie de 8 TWh en 2023, l’association Coénove se veut optimiste : « il faut maintenant aller vers un objectif ambitieux mais réaliste pour la PPE en 2028. Ce sont les objectifs qui tirent les filières et non l’inverse. Les travaux récents de l’Ademe montrent que l’atteinte de l’indépendance gazière en 2050 était possible, il est donc tout à fait cohérent de viser 30% de gaz renouvelable en 2030 et non 10% comme le prévoit la Loi de Transition Energétique », complète Florence Lievyn.

 O.R.

Partager cette information :


Articles sur le même sujet

Bilan 2015 et extension des compétences du médiateur de l’énergie

Jean Gaubert, médiateur national de l’énergie, publie son bilan 2015 dans lequel il dresse un rapport d’activité, évoque la concurrence

Qu’est-ce que la transition énergétique ?

Selon le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, la transition énergétique est un projet de loi visant

Selon Domexpo, 1 Français sur 2 a choisi la PAC en 2016

Domexpo, un salon permanent de la maison, dévoile une étude menée par le cabinet Caron Marketing en 2016 auprès de