Lettre ouverte du GIFAM aux candidats à l’élection présidentielle

Engagé pour une consommation responsable et soucieux de la consommation énergétique, le GIFAM – Groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipement ménager – adresse une lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielles 2017. Signée par Alexander Lohnherr, président du GIFAM, elle appelle les pouvoirs publics à s’engager de son côté.

Alexander Lohnherr, président du GIFAM

Alexander Lohnherr, président du GIFAM.
DR

Le GIFAM rassemble les fabricants d’appareils électrodomestiques : l’électroménager et le thermique électrique. La profession touche 28 millions de ménages qui sont équipés de plus de 650 millions d’appareils. Elle est engagée depuis de nombreuses années pour une consommation responsable en limitant l’impact environnemental des produits, en soutenant l’innovation, la qualité et le service au bénéfice du consommateur.
Le GIFAM demande au futur président de la République de soutenir les entreprises engagées dans cette voie. Les propositions suivantes nous permettraient de réunir les conditions propices à notre réussite :
– Mieux informer les consommateurs au travers d’allégations pertinentes et contrôlables.
Une étude récente du CREDOC montre que les consommateurs se méfient des allégations environnementales : moins d’une personne sur trois considère que les informations sur les produits sont claires et scientifiquement fondées.
Le défi que professionnels et pouvoirs publics doivent relever ensemble consiste à trouver des modalités d’information qui permettent au consommateur d’effectuer son choix de façon libre et éclairée. C’est le succès que connait l’étiquette énergie, depuis plus de 20 ans. Plus récemment, notre profession a soutenu le dispositif d’affichage de la disponibilité des pièces détachées car nous pensons qu’il créée une juste concurrence entre les marques ainsi qu’une information pertinente sur la réparabilité pour le consommateur.
Cependant, toute information sur la durabilité d’un appareil est complexe à mesurer et à évaluer. Elle nécessite de définir des normes sur la base de la réglementation éco-conception. Nous pensons que tout dispositif qui irait dans ce sens doit reposer sur une homogénéisation européenne de critères pertinents et vérifiables.

– Les exigences liées à la conception et la production de produits durables doivent être débattues au niveau européen dans le cadre de la réglementation éco-conception.
La majorité des membres du GIFAM sont des acteurs européens, voire internationaux, qui prouvent leur efficacité dans la mise sur le marché de produits innovants, éco-conçus qui ont réduit jusqu’à 50% leur consommation d’énergie et d’eau depuis 20 ans. Notre industrie a pu réaliser ces efforts en investissant 1,4 milliards d’euros par an en recherche et développement.
Lorsqu’un appareil est mis sur le marché, le fabricant doit trouver le juste équilibre entre la performance, les contraintes techniques, les attentes des consommateurs et le prix. Afin de garantir une juste concurrence entre les marques et un libre échange entre les états membres, les exigences liées à la durabilité, l’allègement et l’incorporation de matières recyclées, doivent être fixées au travers des directives européennes relatives à l’éco-conception.

– Encourager le « réparable en France » au travers d’actions de sensibilisation et d’incitations fiscales du consommateur.
Notre profession développe depuis vingt ans des projets pour améliorer la réparation aussi bien d’un point de vue technique qu’en formant et soutenant des professionnels compétents, présents sur l’ensemble du territoire.
Cependant, le secteur de la réparation est fragile et souffre directement du discours sur l’obsolescence programmée, largement alimenté par les media. Celui-ci a pour conséquence de nuire au réflexe réparation en laissant penser aux consommateurs que les appareils électroménagers ne sont plus réparables.
Nous demandons aux pouvoirs publics de soutenir cette profession tout en encourageant les consommateurs dans leur démarche écologiquement vertueuse. Ainsi, nous proposons la mise en place d’un chèque-emploi service ou d’un crédit d’impôt applicable à l’activité de réparation des appareils électrodomestiques.

– Sensibiliser les collégiens aux gestes écologiques et rendre attractifs les métiers de la réparation.
Nous pensons que les bons gestes et réflexes écologiques doivent s’apprendre dès le plus jeune âge. C’est la raison pour laquelle nous demandons à ce que les cours de technologie du collège voient leurs programmes complétés d’un cycle d’apprentissage à l’utilisation des équipements électrodomestiques : Comment lire l’étiquette énergie ? Comment entretenir ses appareils pour limiter leur consommation ? Sensibiliser au réflexe réparation.
Par ailleurs, le métier de la réparation des appareils électrodomestiques connait une forte mutation qui va s’accélérer avec le déploiement des objets connectés. Or, force est de constater que nous avons des difficultés à attirer les jeunes qui ont une image erronée du métier. Nous demandons à ce qu’une campagne d’information à l’attention des lycéens mais également des professionnels en reconversion, présente la réalité d’un métier de proximité, hautement technique et qui place la relation humaine au cœur de son activité.

– Défendre l’excellence de la filière française de recyclage des appareils électroménagers.
Dans une étude récente, la Commission européenne reconnaît la filière française de recyclage des appareils électroménagers comme l’une des plus vertueuses d’un point de vue économique, social et environnemental en Europe. Lorsqu’un équipement électrique est remis à la filière créée par les producteurs et les distributeurs, il connaît une dépollution complète et un recyclage des matières premières en France à hauteur de 80%, au-delà des objectifs fixés par la réglementation. Celle-ci intègre par ailleurs l’Economie Sociale et Solidaire depuis sa genèse et de façon volontaire. Ce modèle unique est régulièrement challengé au niveau européen. Nous avons besoin de pouvoirs publics français engagés à nos côtés pour le défendre.

Comme vous pouvez le constater, nos entreprises sont au cœur de la vie des citoyens et sont engagées dans le développement d’une industrie innovante et écologique.

Nous sommes à votre disposition pour travailler avec vos collaborateurs sur ces sujets et vous prions de croire, Monsieur le candidat à la Présidence de la République, en l’expression de nos salutations respectueuses.

Alexander Lohnherr

Partager cette information :


Articles sur le même sujet

Fours Dolce Stil novo SFP6604NRE et SFP6603NXE de classe A+

Attentive aux performances énergétiques, la société Smeg commercialise les fours répertoriés en classe A+ SFP6604NRE et SFP6603NXE de la gamme