Eni rejoint la concurrence sur le marché de l’électricité

Daniel Fava, directeur général d’Eni Power & Gas

Daniel Fava, directeur général d’Eni Power & Gas.
DR

Le fournisseur d’énergie aux multiples activités Eni a délivré son premier électron à 30 000 Particuliers, en proposant une nouvelle offre duo pour le gaz et l’électricité. Il vise le million de clients d’ici la fin de l’année. Après le marché des entreprises avec déjà plus de 1 500 clients, Eni part à l’assaut du marché des Particuliers, de nombreux atouts en poche. Selon une étude de l’IFOP, 73% des français s’attendent à une remise supplémentaire s’ils ont les deux énergies, gaz et électricité, chez le même fournisseur, quand seulement 14% déclarent en bénéficier. C’est pourquoi l’énergéticien lance le « bonus 2 énergies » pour une remise sur 3 offres : Evolucio, Webeo (offre 100% digitale) et Astucio (prix bloqués, révisable à la baisse sur l’ensemble du contrat). Des prix qui rejoignent l’attente des français dont 69% n’ont pas de contact avec leur fournisseur d’énergie alors qu’Eni engage plus de 1 000 commerciaux sur le terrain pour accompagner et informer sur la possibilité de trouver moins cher, ailleurs.

Logo Eni

Ce projet fait aussi office de pari « sur une dépolitisation des marchés avec deux acteurs dominants », explique Daniel Fava, directeur général de Eni Gas & Power, mais aussi d’une volonté « d’investir durablement pour ouvrir la concurrence sur les marchés » dans un contexte réglementaire et politique instable. Pour cause, en 4 ans et demi, les taxes sur le gaz et l’électricité ont augmentées respectivement de 8 et 6 points. Une hausse qui se répercute tant sur la facture du client final que sur les structures concurrentes. « Les acteurs historiques ont encore la main mise sur le marché », souligne Naïma Idir, directeur Affaires réglementaires Eni Gas & Power France. Cela serait dû à un manque de communication institutionnelle et des coûts d’acquisitions important et qui touchent les concurrents de Engie (ex-GDF). Rien qui ne puisse changer en instaurant un dialogue constant avec les pouvoirs publics.
D’ici là, son plan 2017-2020 vise une croissance de 45% avec 15% annuel pour toucher plus de 2 millions de clients répartis équitablement entre les deux énergies. Le groupe attend patiemment de connaître les orientations politiques du prochain président élu avant de décider d’investir dans la filière électrique, mais est très confiant sur sa capacité de réaction pour prendre du poids sur ce marché : « Attention au chien à 6 pattes qui crache du feu », déclare-même Daniel Fava.

Mélisande de Lassence

Partager cette information :

Mots-clés attribués à cet article :
électricitéenifournisseur d'énergie

Articles sur le même sujet

-Flash- Départ de feu maîtrisé dans la centrale de Flamanville

Déclaration d’EDF au sujet de la centrale nucléaire de Flamanville : Partager cette information :

Limitation des rattrapages de facturation d’énergie à 14 mois

L’interdiction des rattrapages de facturation d’énergie (électricité, gaz naturel) de plus de 14 mois entre en vigueur. Le médiateur national

Butagaz devient fournisseur de gaz naturel et d’électricité

Le groupe Butagaz accélère sa diversification en devenant fournisseur de gaz naturel et d’électricité pour les particuliers, en complément de